Figure mondialement influente de l’ultra-nationalisme russe, Alexandre Douguine n’est peut-être pas le « Raspoutine de Poutine », mais sa doctrine fasciste très élaborée a essaimé non seulement en Russie, mais dans les droites radicales européennes, et singulièrement en France.
Entre double-discours et inculture iconographique, les biais cognitifs travaillent les consciences au profit des idéologues antisémites, que la nature de ces images incitant à la haine soit connue ou non.
Analyse de l’opération idéologique d’appropriation du mot "woke" pour le transformer en instrument d’occultation de la réalité des discriminations fondées sur la couleur de peau.
influencement russe
Par INRER La guerre criminelle menée par Poutine contre les Ukrainiens cible particulièrement la France dans une autre guerre : une […]
Poutine
Par Collectif Une victoire de Marine Le Pen constituerait aussi une menace directe pour l’Europe, pour les minorités et pour […]
Témoignage de la haine banalisée* Par Frédérik Detue L’INRER, qui publie surtout des analyses, a décidé de faire paraître ce […]
Affiche antisémite Gud Lyon
L'antisémitisme d'extrême droite serait résiduel, de nos jours. Il n'en est rien, rappelle l'historien Stéphane François.
Zemmour Renan les imposteurs de la Republique
Par Jean-Yves Pranchère La percée de l’ex-journaliste Éric Zemmour dans les turbulences médiatiques des prémices de campagne présidentielle a pris […]
Le renversement des victimes et des bourreaux est au cœur de tous les discours génocidaires ou racistes, rappelle Noémie Issan-Benchimol.
Good night and good luck
Plaidoyer pour le journalisme à l'heure des faits alternatifs: "Le journalisme n’a pas pour vocation de vous conforter dans vos croyances."