Entre double-discours et inculture iconographique, les biais cognitifs travaillent les consciences au profit des idéologues antisémites, que la nature de ces images incitant à la haine soit connue ou non.