Vendredi 17 octobre 2020, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, a été victime d’un attentat terroriste d’inspiration djihadiste. L’assassin, âgé de 18 ans, a revendiqué son acte atroce sur le réseau Twitter, avant d’être neutralisé par les forces de police.

Il est à relever que les réseaux sociaux Facebook et Youtube avaient, pendant 10 jours, autorisé une cabale accusant l’enseignant d’avoir « montré une photo d’un homme nu en disant que c’était le prophète [Muhammad] ».

Or, Samuel Paty s’était conformé aux exigences de  l’Éducation nationale prévoyant d’aborder en classe de 4e, dans le cadre de l’enseignement moral et civique, la question de la liberté d’expression. C’est dans ce contexte qu’il avait évoqué la question des caricatures.

Il appartient à la Justice d’identifier les personnes ayant participé à la cabale criminelle, comme celles qui ont ultérieurement diffusé de fausses nouvelles sur la victime ou ses collègues, ou encore celles ont ensuite incité à la haine contre des personnes sans autre lien avec le crime que leur origine ou leur religion.

L’INRER condamne l’idéologie ayant motivé l’assassin, et la considère comme l’une des plus criminelles des temps modernes.

L’INRER condamne l’instrumentalisation de l’horreur par des personnes et organisations désireuses de confondre toute personne musulmane avec cette idéologie.

L’INRER soutient toutes les initiatives, malheureusement délaissées, dans lesquelles s’engagent Réserve citoyenne et victimes des attentats depuis 2015 pour aller à la rencontre des élèves et de leurs professeurs dans toutes les classes de France, afin d’y témoigner de leur histoire et de leur résilience.

Accablés, comme tous les Français, et bien au-delà, comme tant de citoyens en Europe et dans le monde, par la barbarie de cet acte, les membres de l’INRER tiennent à exprimer leurs condoléances et leur solidarité avec la famille de Samuel Paty, ses amis, collègues, et tous les enseignants qui oeuvrent au quotidien pour que la République arbore en acte les idéaux qui font la grandeur de son projet : Liberté, Égalité, Fraternité.

close

6 Responses

  1. Rien à dire à ce texte à l’exception d’un seul mot qui me semble déplacé: « Accablés ».
    « Révoltés » m’eut paru plus approprié. A chaque attentat on exprime son horreur or c’est la même horreur qui continue. On ne peut même pas dire que cette horreur va en s’aggravant car l’assassinat et le martyre subi par Ilan Halimi il y a 14 ans en était déjà une .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.