logo Le Monde

La tribune « des 300 » contre « le nouvel antisémitisme » fait l’impasse sur l’autre carburant de cette résurgence de l’antisémitisme qu’est la montée des populismes nationalistes. Et produit un amalgame terrible envers les musulmans.

Isabelle Kersimon et al.

Notre présidente, Isabelle Kersimon, est à l’initiative de cette tribune, rédigée et cosignée notamment par  Stéphanie Courouble-Share, historienne ; Laurence Croix, psychanalyste ; Adélie Elbaz, dirigeante ; Antoine Germa, scénariste ; Alain Policar, politiste ; Jean-Yves Pranchère, philosophe ; Valéry Rasplus, sociologue ; Shy Shriqui, dirigeant ; Nasser Ferradj, militant laïque.

Premiers signataires : Mario Stasi président de la Licra ; Antoine Spire, rédacteur en chef du Droit De Vivre ; Denis Charbit, politiste ; Sylvie Mesure, sociologue ; Laurence Rossignol, ancienne ministre des Droits des femmes et de la famille, sénatrice de l’Oise ; Dominique Sopo, président de SOS-Racisme ; Benjamin Stora, historien ; Myriam Revault d’Allonnes, philosophe ; Farid Abdelkrim, auteur et comédien ; David Assouline, vice-président du Sénat, sénateur de Paris (PS)..

Tribune 

« L’antisémitisme est l’affaire de tous », clament à raison plus de 250 signataires, après avoir publié dans Le Parisien, dimanche 22 avril, une tribune contre « le nouvel antisémitisme ». Cette tribune s’alarme, à juste titre, de l’insupportable regain des crimes et délits antisémites. Depuis une dizaine d’années, des juifs ont été assassinés en France, parce que juifs ! La parole antisémite s’est libérée et a franchi la ligne rouge qui mobilisait des millions de Français dans la rue pendant les soixante ans qui ont suivi la Shoah et la collaboration vichyste.

Cet appel souligne, à raison, le rôle délétère des islamistes et de leurs réseaux idéologiques, lesquels partagent les obsessions antisémites de l’extrême droite et d’une partie de la gauche radicale. Il est hors de question de minorer cette réalité.

Pourtant, il fait l’impasse sur l’autre carburant de cette résurgence de l’antisémitisme qu’est la montée des populismes nationalistes. Plus grave encore, en enfermant cette dénonciation dans une opposition identitaire à une communauté musulmane voulue uniforme, en l’essentialisant dans l’injonction à modifier le Coran, il alimente le fantasme d’une « oumma » que tente de faire advenir l’idéologie des islamistes. Enfin, en mêlant des signataires honorables à des figures proches de la droite identitaire, il décuple le risque de confusion.

Antisionisme radical

Les préjugés antisémites sont très forts dans toute l’Europe, et ils touchent toutes les classes sociales et toutes les confessions, comme l’indiquent les études les plus récentes. Toujours vivace à l’extrême droite, l’antisémitisme a trouvé, depuis les années 1960, un nouveau masque sous la forme d’un antisionisme radical qui reprend les stéréotypes de l’influence occulte des juifs, notamment en laissant croire que toute critique de la politique israélienne est interdite. Dieudonné et ses réseaux l’ont bien compris en désignant à la…

Lire la tribune sur le site Le Monde

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.